Title Image

Le pictogramme Substances Explosibles (SGH01)

Le pictogramme Substances Explosibles (SGH01)

Le pictogramme Substances explosibles (SGH01)

SGH01 Explosifs

Le pictogramme explosif SGH01 est apposé sur les matières, substances ou mélanges dits explosibles. Il fait partie des cinq pictogrammes signalant un danger physique.

 

Le symbole représente une bombe qui explose.

Substance explosible

Une substance explosible est une substance susceptible d’exploser, même si elle n’a pas été synthétisée ou prévue pour être utilisée comme explosif.

Le pictogramme SGH01 s’applique donc

  • à des produits chimiques connus pour être des explosifs (comme le TNT)
  • aux matières autoréactives (qui se décomposent en absence d’oxygène) 
  • aux substances instables qui présentent dans leur structure des éléments d’instabilité (liaisons chimiques de faible énergie, groupements fonctionnels instables ou encore parties réductrices et oxydantes dans la même molécule).

Explosion et risques associés

Pour rappel, du point de vue chimique, une combustion est une réaction d’oxydation rapide dégageant de la chaleur. L’explosion correspond ainsi à une combustion instantanée.

La réaction chimique brutale va dégager de grandes quantités de gaz.

La température, la pression et la vitesse d’expansion de ces gaz sont telles qu’il en résulte des dégâts dans la zone environnante.

Une explosion peut ainsi causer des blessures graves et des dégâts matériels importants.

Il est donc primordial de prendre des précautions pour le stockage et la manipulation des substances explosibles.

Exemple de substances explosibles instables

Le nitrate d’ammonium est un bon exemple de substance explosible instable. 

C’est un produit utilisé comme engrais, mais qui peut exploser dans certaines conditions.

Il a hélas à son actif de nombreux accidents graves suite à des incidents de stockage.

Le nitrate d’ammonium combine deux conditions conduisant à son instabilité.

Dans l’anion nitrate NO3, l’atome d’azote joue le rôle d’oxydant : il est au degré d’oxydation + 5 (maximum possible) et ne peut que capter des électrons e- pour se stabiliser.

Dans le cation ammonium NH4+, l’atome d’azote joue le rôle de réducteur : il est au degré d’oxydation – 3 (minimum possible) et ne peut que céder des électrons e- pour se stabiliser.

Les deux atomes sont donc dans des degrés d’oxydation extrêmes et opposés, ce qui rend la molécule particulièrement instable et donc susceptible d’exploser.

Cette réactivité est à l’origine de nombreuses catastrophes dont celle d’AZF à Toulouse. L’accident le plus récemment rencontré avec cette substance est l’explosion au port de Beyrouth (Liban) de 2020, ayant provoqué des dégâts humains et matériels considérables.

Elle est, à ce jour, connue comme l’une des plus grosses explosions non-nucléaires de l’histoire.

Entrepôt, Oppau (Allemagne) en 1921 Usine PCT, Tessenderlo (Belgique) en 1942 Navire Ocean Liberty, Brest (France) en 1947 Navire Grandcamp, Texas City (USA) en 1947 Usine AZF, Toulouse (France) en 2001 Entrepôt, Tiandjin (Chine) en 2015 Hangar, Beyrouth (Liban) en 2020

Facteurs d’explosion

L’instabilité conduisant à l’explosion peut être aggravée par des conditions externes : quantité mise en jeu, confinement, choc, ou encore température.

Les explosions peuvent également se produire sous l’action d’un catalyseur, comme des impuretés métalliques.

Ainsi, le Peroxyde d’hydrogène H2O2, de concentration supérieure à 60%, détonne au contact de traces de métal. Il doit être manipulé dans une vaisselle préalablement passivée, c’est-à-dire lavée à l’Acide nitrique concentré.

L’information sur la nature de l’instabilité des produits chimiques est signalée sur l’étiquette du produit par la ou les mentions de danger qui accompagnent le pictogramme “Explosible”.

Manipulation de substances explosibles

Avant de manipuler un produit portant le pictogramme SGH01, il est impératif de lire attentivement la FDS et les consignes de sécurité mentionnées.

Il faut éliminer toute source d’inflammation à proximité de la substance : flamme nue, matière incandescente, décharge d’électricité statique, frottement, ou même réaction chimique exothermique à proximité.

Stockage de substances explosibles

Les substances explosibles étant très réactives et sensibles à différents paramètres (choc, air, humidité, etc.), il est indispensable de suivre les recommandations de stockage données par la FDS de chaque produit.

Du fait de leur réactivité, deux explosifs ne pourront pas toujours être stockés ensemble.

Transport de substances explosibles

Pictogramme ADR classe 1 : Matières explosibles

Le transport routier de matières explosibles est soumis à la réglementation ADR. Les véhicules transportant des matières explosibles devront être signalés par le pictogramme ADR de classe 1 “Matières explosibles”, et non par le pictogramme SGH01.

Ces informations sont extraites des modules et parcours de formation proposés par Kaptitude.

Pas de commentaires

Laissez un commentaire